Éthiopie : quand la pandémie devient une bénédiction pour des élus.

Les sénateurs éthiopiens ont approuvé ce mercredi 10 Juin le projet de garder le Premier ministre Abiy Ahmed au pouvoir au-delà de son mandat, à la suite du report des élections prévues en août en raison du coronavirus. La décision de la chambre haute du Parlement ne devrait pas manquer de susciter la colère des leaders de l’opposition, qui ont accusé M. Abiy d’utiliser l’épidémie pour rester en poste.

« La chambre de la Fédération (équivalent du Sénat) a approuvé la décision d’étendre le terme de toutes les assemblées jusqu’à ce que les institutions sanitaires mondiales considèrent le risque du coronavirus comme inexistant », a rapporté l’agence de presse éthiopienne. Cependant, les élus n’ont pas spécifié à quelle date les élections devraient se tenir. Mais leur vote a entériné une recommandation du Conseil éthiopien des questions constitutionnelles, qui appelait à ce que ces « élections se tiennent 9 à 12 mois après que le coronavirus ne soit plus considéré comme un enjeu de santé publique ».

Les élections ne pourront se tenir donc avant la fin du mandat des députés, qui expire début octobre, débouchant sur une situation délicate pour laquelle la Constitution n’offre pas de marche à suivre claire. Le Conseil éthiopien des questions constitutionnelles a mené le mois dernier des auditions publiques, qui selon les critiques, n’ont pas suffisamment donné voix à l’opposition. L’Éthiopie a enregistré son premier cas de Covid-19 mi-mars et dénombre 2.506 cas et 35 décès à la date de ce mercredi 10 Juin 2020.

Théonas S. MAHUNON

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici