Grève à l’UAC : Voici ce que pense Le Recteur Maxime Da-Cruz des revendications

0
951
Recteur Maxime Da-Cruz

La Fédération Nationale des Étudiants du Bénin (FNEB) et l’Union Nationale des Scolaires et Étudiants du Bénin (UNSEB) ont déclenché un mouvement de débrayage de 48h ce mardi 24 novembre 2020 à l’Université d’Abomey Calavi. Ceci après la remise officielle d’une motion de grève de 48h au Recteur Maxime Da-Cruz le 18 novembre dernier. Un acte sur lequel le recteur n’a pas manqué de réagir à travers les ondes de Frisson Radio.

Les revendications des étudiants sont déjà en étude depuis souligne le Recteur Maxime Da-Cruz dans son intervention sur Frisson Radio. Ces points soulevés sont “des sujets qui sont sur tapis depuis un moment et nous avons toujours, à travers la concertation, échangé avec les étudiants sur les solutions possibles“. En ce qui concerne la première revendication des étudiants, la question des 08 semestre, le Recteur pense que les textes sur le système LMD (licence-master-doctorat) exige que dans un cycle de licence, l’étudiant doit faire au maximum 08 semestres. Pour lui, on permet à l’étudiant de reprendre une année soit deux semestres au plus. Mais, «il y a malheureusement qui au terme de ces huit semestres n’ont pas pu valider toutes les unités d’enseignement »a-il ajouté. Sur cette même question, l’autorité rectorale pense que «ce type de problème se règle à travers les délibérations ».

A LIRE AUSSI : Soutenance de thèse de doctorat : Idelphonse Ahogni apporte de nouveau sur l’utilisation des moustiquaires

Pour le point conernant les “faux frais” le majeur problème est lié aux frais de sortie pédagogique a-t-il indiqué. La première autorité de l’Université d’Abomey Calavi reconnait que dans l’arrêté rectoral 034, cette activité ne faisait l’objet d’aucun paiement à travers ces propos. Certes, «on s’est rendu compte qu’ils partagent ce point de vue que les sorties pédagogiques ont un coût ». Et «la question c’est de savoir qui a en charge ce coût-là? »  Le Recteur avoue que les responsables étudiants ont un avis favorables sur le coût. Et “la discussion est allée dans le sens de comment faire que ces besoins soient satisfaits mais en même temps, il faut éviter de mettre à la charge des étudiants, un certain nombre de frais“. Ce qui voudra dire que le Recteur rassure les étudiants qu’il aura une porte de sortie d’ici là. Vivement que les autorités et responsables d’étudiants arrivent à un consensus afin d’apaiser la situation.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici