La lettre ouverte de Rémi Agossou à Boni Yayi

Rémi Agossou a adressé un message à l’ancien président de la République Boni Yayi. En effet, suite à la démission de ce dernier de son poste de président d’honneur du Parti force cauris pour un Bénin émergent (FCBE) Rémi Agossou, membre actif dudit parti reste confiant que son mentor ne peut abandonner sa famille politiquea ce tournant décisif de son histoire à l’ère de la réforme du système partisan. Il l’exhorte à reprendre les commandes de sa troupe pour gagner la bataille en vue.

Lire l’intégralité de la lettre

Lettre ouverte au Président d’Honneur Boni Yayi
Cher Président d’Honneur,
Cher Mentor,
Cher papa,
C’est avec le cœur lourd et chargé d’émotion partagée entre la tristesse et l’effroi que je vous adresse ce message les yeux chargés de sombre douleur. En effet, c’est avec stupeur et consternation que j’ai appris que vous vouliez abandonner votre rôle de chef de famille, de guide, que vous voulez laisser orphelins tous ces millions d’enfants qui voient en vous une figure paternelle idéale, que vous voulez abandonner la famille que vous avez fondée avec peine et courage. Que serait cette bataille sans le général que vous êtes pour ?
Papa Boni Yayi, permettez-moi de ne pas y croire à cette démission.
Quand je pense à votre magnanimité, votre bon cœur, votre esprit rassembleur et votre amour pour vos enfants les Béninois, non je ne peux y croire. Vos « je vous aime », votre engagement à faire du Bénin une nation unie et prospère. Je doute fort que vous voudriez laisser à la ruine votre héritage, vos efforts et tout ce que vous avez construit pendant toutes ces années tombés en ruine pour question de mal compréhension et de supposée trahison
Cher papa Boni Yayi, en cette période où les cartes du développement à la base seront redistribuées, vos troupes sont haranguées et n’attendent que votre mot d’ordre. Vos enfants attendent votre message. Vos militants n’attendent qu’un mot de votre part pour être guéris. L’armée politique Force Cauris pour un Bénin Emergent n’attend que les ordres de son général pour opérer l’assaut retentissant du 17 mai 2020.
Papa Boni Yayi, moi votre lieutenant Rémi Agossou, je suis convaincu que vous êtes toujours là. Que vous êtes toujours à l’écoute, que vous n’allez pas nous abandonner définitivement et que vous n’attendez qu’un geste de la part de vos enfants pour les accepter à nouveau. Nous voici. Reprenez-nous. Reprenez votre peuple. Reprenez vos militants. Revenez à la tête de votre famille. Le peuple béninois tout entier a besoin de vous.

Rémi AGOSSOU

                        

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici