Mort de George Floyd: Donald Trump enlève un zèle aux policiers par un décret.

Le président américain à signé ce mardi 16 Juin un décret pour une réforme qui limite certaines pratiques de la police. Une réforme signée un mois environ après la mort de George Floyd, afro-américain tué par un policier blanc dans la ville de Minneapolis aux États-Unis.

«  Vos proches ne sont pas morts en vain  » a déclaré Donald Trump ce mardi, après avoir cité les noms d’une dizaine afro-américains tués par des policiers depuis 2018. Par un décret présidentiel, Donald Trump interdit les prises d’étranglement « sauf si la vie d’un policier est en danger » . C’est un point régulièrement utilisé par les forces de l’ordre pour justifier que l’un des milles homicides policiers annuels aux États-Unis était justifié. Sur le plan technique, la Maison Blanche ne peut pas interdire les prises d’étranglement, des pratiques qui dépendent uniquement de juridictions locales . Mais Trump a indiqué que des fonds fédéraux seraient réservés pour les commissariats adoptant les mesures préconisées par cette réforme en particulier sur la formation des agents à des techniques de désescalade et à des méthodes d’intervention non létale. À travers ce décret, le président américain a affirmé vouloir offrir un  » avenir sûr aux Américains de toutes les races, religions, couleurs ou croyances ». Toutefois, ces mesures ne répondent pas aux attentes des manifestants qui se mobilisent depuis le 25 mai à Minneapolis suite à la mort de George Floyd, asphyxié par un policier blanc.

Le président américain, Donald Trump a déclaré qu’il n’y avait pas de racisme systémique au sein de la police. IL a rappelé qu’il veut être le président de  » la loi et l’ordre » et qu’il est  » un fervent défenseur des forces de l’ordre, qui foncent vers le danger pour protéger » les citoyens. L’actuel patron de la Maison Blanche a reconnu l’importance des forces de l’ordre et leur utilité pour les Américains.  » sans la police, il y a le chaos, sans le droit, il y a l’anarchie et sans la sécurité, c’est la catastrophe » a-t-il fait savoir.

Théonas S. MAHUNON

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici