[Tribune]: Arrêtons d’être hypocrite dans la lutte pour le Respect des droits des enfants.

0
144

Le continent africain commémore chaque année, la journée de l’enfant africain. Quelle est la situation des enfants au Bénin ? Et que peut-on faire pour améliorer la lutte pour le respect des droits des enfants ? Voici les analyses et le point de vue de Fréjus ATTINDOGLO ,juriste et activiste des droits humains dans cette tribune .

Par Fréjus ATTINDOGLO

Le 16 juin de chaque année , l’Union africaine et ses États membres observent la Journée de l’enfant africain en commémoration du soulèvement étudiant du 16 juin 1976 à Soweto, en Afrique du Sud, où des étudiants qui ont défilé pour protester contre l’inspiration de l’apartheid l’éducation, ont été brutalement assassinés.

Cette année l’organisation a choisi se pencher sur l’accès à une Justice adaptée aux enfants en Afrique. Le Bénin État membres de l’Union africaine célèbre également cette journée. Cependant nous nous devons de nous poser quelques questions !
Nous nous devons de prendre quelque heure afin de réfléchir à la situation des enfants au Bénin.
Nous nous devons de nous demander si nous sommes déjà à l’étape du débat sur l’accès à la justice des enfants du Bénin. C’est après avoir trouvé réponse à ces interrogations que nous saurions à quel point nous sommes loin du débat sur l’accès à la justice des enfants au Bénin. Ces âmes innocentes et vulnérables, continuent de mendier l’éducation dans ce pays. Des enfants continuent d’être exploités. Ils continuent d’être mal traités, mal nourris, mal soignés.

Pour une fois, Arrêtons d’être hypocrite dans la lutte pour le respect des droits des enfants . Les enfants sont suffoqués de tous ces textes législatifs qui se révèlent comme une vraie panacée. Comment voulons nous assurer l’accès à une justice adaptée à nos enfants, si nous continuons par demander à notre ami policier de venir amener notre enfant au poste pour le fesser parce qu’il vient de prendre pour la énième fois notre billet de dix mille francs (10.000F CFA) ? Comment voulons nous assurer l’accès à une justice adaptée à nos enfants, si ces enfants continuent de vendre de l’essence frelaté au bord des voies sous le regard impuissant du code de l’enfant au Bénin ? Comment voulons nous assurer l’accès à une justice adaptée à nos enfants, si ces enfants continuent d’être placés et maltraités par leurs tuteurs? Eh vraiment la liste est longue.

Chèr(e)s ami(e)s, il est important aujourd’hui de nous concentrer sur une chose, l’éducation des enfants. Qu’elle soit formelle ou non, l’éducation joue un rôle prépondérant dans le processus d’humanisation et de socialisation d’un individu. La grande majorité des enfants, aujourd’hui enfants criminels, eurent été des enfants vertueux, si seulement entre temps ils avaient reçu une bonne éducation de la part de la société. La grande majorité des enfants délinquants, aujourd’hui en conflit avec les lois de la république eurent été des enfants sages si on leur avait inculqué dès le bas âge des notions d’éthiques et de civismes.

Ne serait-il pas judicieux de régler ce problème d’éducation afin d’empêcher les enfants de se retrouver en conflit avec les lois ?
Les organisations de défense des droits de l’enfant, doivent lutter plus pour l’éducation des enfants et nous aurions réussi à diminuer considérablement le taux des enfants hors la loi. En ce moment le débat sur l’accès à une justice adaptée des enfants au Bénin aura son sens !”.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici